Naviguer dans la maladie mentale pendant le mouvement des droits civiques.

Naviguer dans la maladie mentale pendant le mouvement des droits civiques.


Le meurtre de George Floyd a déclenché un mouvement des droits civiques sans précédent et a changé notre pays de façon spectaculaire. Le visage d’Internet a été complètement remodelé, et le discours sur le racisme est au premier strategy de toutes nos conversations. Parfois, surtout pour les malades mentaux, la quantité d’informations qui défilent est écrasante.

Affronter la santé mentale pendant le mouvement des droits civiques

L’autre jour, je faisais défiler mes nombreux groupes Fb. Être autiste et queer rend les amitiés en ligne additionally faciles que celles de la vie réelle. Dans un groupe de santé mentale non-binaire, je suis tombée sur un put up comme celui-ci :

 » J’espère que quelqu’un pourra être d’accord avec moi sur ce issue. Je suis autiste, et j’ai l’impression de ne pas avoir assez de cuillères mentales pour m’occuper de m’éduquer sur Black Life Issue. Quelqu’un peut-il m’aider ? »

J’ai vu de nombreux messages comme celui-ci. Bien que de nombreux commentaires aient fait preuve d’empathie à l’égard de son battle, nous avons tous tenu à l’encourager à prendre le temps d’utiliser des strategies d’adaptation, à retrouver une certaine énergie mentale et à s’informer de toute façon.

La maladie mentale n’est pas une justification pour l’ignorance

La commentatrice a répondu positivement à une critique constructive, mais ce qu’elle a dit m’a offensé. L’autisme n’est pas une excuse pour ne pas être éduqué sur les queries de race. Les personnes noires et indigènes de couleur (BIPOC) souffrent de maladies mentales, et elles n’ont pas le luxe d’ignorer le racisme.

En tant que groupe victime d’oppression, les personnes handicapées et les communautés de lesbiennes, de gays, de bisexuels, de transgenres, and so forth. (LGBT+) devraient faire preuve d’une empathie particulière envers le racisme, même si nous ne le comprendrons jamais. Les Blancs doivent avoir des conversations difficiles pour éliminer le racisme de notre society.

Alex Jenny, connue sous le nom de « Drag Therapist » sur Instagram, a partagé que les Blancs lui demandent :

« Et si je veux être une alliée mais que je suis malade mentale et traumatisée ? ».

Elle a dit :

« Voici ma réponse en tant que thérapeute des traumatismes et éducatrice anti-oppression : Il est temps que vous vous penchiez sérieusement sur les moyens d’augmenter votre tolérance au anxiety et vos capacités de régulation émotionnelle, si ce n’est pour votre propre guérison, alors pour la result in. La maladie mentale et le PTSD ne sont pas une excuse.

« C’est un impediment très réel, oui, ET c’est quelque chose sur lequel on peut travailler… Les Noirs sont traumatisés de manière active et aiguë en permanence et se présentent quand même pour se battre parce qu’ils n’ont pas d’autres options. Donc non, la maladie mentale ne vous donne pas une excuse pour vous désengager complètement. »

Compétences d’adaptation pour les activistes

Les Blancs vont se sentir mal à l’aise pendant cette période. Un changement culturel majeur et la confrontation de nos comportements racistes peuvent nous causer un chagrin et un strain collectifs. Mais aucun d’entre nous ne doit apprendre seul.

Voici quelques moyens de recharger vos batteries en cette période de bouleversements et de prévention de l’épuisement professionnel, fournis par Vahini sur Instagram :

  1. Identifiez vos sentiments, que ce soit l’anxiété, la culpabilité ou le pessimisme.
  2. Parlez à une personne de confiance, qu’il s’agisse d’un thérapeute ou d’un ami.
  3. Trouvez des exutoires sains et travaillez sur les mécanismes d’adaptation qui vous procurent un sentiment de soulagement et d’épanouissement.
  4. Apprenez à prendre du recul.

Beaucoup d’autres personnes sont dans ce battle avec vous, et votre voix compte. Les conversations difficiles que nous avons vont nous faire avancer vers un avenir meilleur.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *